À la veille du 12 septembre : À bas la loi El Khomri – À bas les ordonnances – À bas Macron et tous ses plans

La Commune – France (09/09/17)

Le 12 septembre approche. Chacun sait que cette journée ne fera pas céder le gouvernement. Mais, pour de nombreux salariés, jeunes et syndicalistes, elle n’est pas sans enjeu. Beaucoup y seront sur la base d’une aspiration simple : que les syndicats soient nos outils de défense et de revendication, qu’ils réaffirment l’exigence d’abrogation de toute la loi El Khomri et le retrait de toutes les ordonnances. Que la CGT reste la CGT et que FO reste FO. Des syndicats libres et indépendants, de revendication et d’action collective.

Pour l’essentiel, le Comité confédéral national de FO s’est couché devant Mailly (voir en annexe, la déclaration du Comité exécutif confédéral du 04-09) en agitant bien sûr quelques couteaux sans lames ( « nous voterons contre les ordonnances dans les instances paritaires » … « il y aura des recours juridiques ») pour tenter de calmer la fronde des bases de FO. Lesquelles se saisissent du « 12 » sans réserves ni illusions sur sa portée immédiate, mais pour riposter aux coups de force successifs de Mailly et de son bureau confédéral qui, ils en ont conscience, trahissent FO.

De la même manière, nombreuses seront les bases de la CGT qui interviendront pour que leur confédération disent nettement et clairement : abrogation de la loi El Khomri – retrait des ordonnances.

Ce qui se passe dans les syndicats est le reflet de l’antagonisme fondamental qui sépare salariés-jeunes-chômeurs et capitalistes-banquiers-spéculateurs et les oppose pied à pied. D’un côté, le syndicalisme des « réformateurs » et du « moindre pire » et de l’autre, les syndicalistes libres de revendications et de défense sans concession de tous les acquis.

À ce stade, la question n’est plus de « faire reculer le gouvernement » mais de préparer activement la grève générale pour le chassercar, comme chacun le sait, les 5 ordonnances « travail » ne sont qu’un hors d’œuvre de la véritable contre-révolution sociale en marche dans tous les domaines de la vie sociale et de la vie quotidienne. La Sécu est déjà sur le grill. La SNCF et le régime de retraite des cheminots sont pris directement pour cibles, tout comme les APL, l’assurance chômage. Et, ce, venant d’un gouvernement et d’une assemblée nationale qui n’ont aucune légitimité.

Ceux qui, à l’instar du très « radical » front social veulent faire passer l’idée que nous allons vivre « 5 ans de lutte », pourraient y réfléchir à deux fois. Idem pour ces grands « stratèges » qui parlent de « lutter dans la durée ». Lutter pour lutter, en somme, en chantant « ne lâchons rien ». Faire des blocages pour « l’ambiance » ou « la propagande par le fait » dans la dispersion et l’improvisation sans esprit de suite.

C’est au contraire tous ensemble que nous pourrons frapper vite et fort et en finir avec les plans de Macron, avec la liquidation des acquis, pour les salaires et pour l’emploi, pour la santé et les retraites, pour en finir avec le travail précaires et les licenciements.

Dejá un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *